Ainsi que je l'ai déjà mis en évidence sur les quelques blogs exposés
ici sur le Web, depuis l'âge de onze ans il m'aura donc été donné de
m'initier au "métier de berger",

Alors que tout, du simple fait mon origine sociale - une mère
aristocrate et un père diplomate - m'eût plus certainement conduit à
devenir un modeste avocat voire un petit pédégé...

Mais il semble qu'il soit des Destinées auxquels certaines et certains
d'entre nous n'auront pu, malgré tout, échapper...

Allez savoir pourquoi - entre autres exemples - une grave maladie
contractée dès les premiers mois de mon existence contraignit mes
géniteurs à me familiariser chaque nouvel été avec l'ambiance pour le
moins pastorale de nos Alpages hexagonaux ...

Ainsi cette copie d'une photographie réalisée en août 1978, au Col des
Ayes dans le Queyras, a figé l'une des innombrables péripéties de mon
apprentissage de ce que d'aucuns nomment pour leur part communément
"métier", ou encore "profession".

Car, en ce qui me concerne, le terme de "berger" désigne ô combien
davantage une forme "d'être", plutôt qu'un statut social.

Bien-sûr, dans l'esprit de beaucoup, on "fait le berger", au lieu de :
on "est berger" et cela traduit me semble-t-il une forme d'hypocrisie,
parce que "faire" pris dans ce cas me paraît se rapprocher de :« on
joue au berger ».

Or, hélas, dans mon cas, j'ai été si épris de cette Démarche, qui vise
à "Communier avec notre mère Nature" et ce, probablement depuis le
jour de mon enfantement - je suis né sous un Signe de Terre -

Qu'il ne m'a pas été imaginable, donc "pensable", de "faire le berger".

Il est très clair, en effet, que j'ai en verité tout mis en oeuvre,
très tôt, pour DEVENIR berger. Je précise qu'en ce milieu des années
1970, alors que tous les jeunes de mon âge ne pensaient qu'à "sortir
en boîte" et "passer le permis",

Pour ce qui est de moi, et quoi que l'éloignement d'avec les jolies
filles ne m'était pas aisé à gérer, je revendiquais avant tout autre
chose de VIVRE EN PLEINE NATURE et ce, tout l'été durant.

Soit, de cette époque-là, plus de deux longs mois.
Car nous finissions les classes vers le 25 juin et ne "rentrions"
qu'après le 15 septembre.

Ainsi, à l'heure où des Écologistes de la trempe de Monsieur J.F.
Noblet tentent de s'imposer comme Référents uniques et incontournables
en matière de Protection des Équilibres naturels,

Ce modeste cliché pris durant le mois d'août 1978 au Col des Ayes, à
plus de 2300 m d'altitude, avec cet agneau sur les épaules, peut venir
rappeler qu'en ce qui me concerne,

Très tôt, dans ma courte existence, j'ai voué mon être à la Voie des
Troupeaux, afin de DEVENIR NOMADE, ce que j'ignorais, toutefois, en
ces temps-là.

Car notre Société occidentale nous a à ce point coupés de la Vision,
donc des Réalités inhérentes à ce prodigieux Modèle, que nous nommons
communément "nature", que nous avons par exemple oublié que le terme
"nature" dérive du Verbe NAÎTRE.

À ce sujet, je rappelle qu'en "Lèngo Nóstro" - c'est par ce terme que
nous, bergers, nommons la langue provençale - le mot "nature" désigne,
entre autres, l'organe génital des Femmes.

Ceci permet de resituer le terme "Nature" dans son contexte originel,
qui est donc selon moi : « MATRICE DE VIE » et ceci me paraît
fondamental, à une époque où les Écologistes, quoique "Amis de la
Nature", revendiquent avant toute chose que nous prenions soin de
notre "environnement".

Or, pareil "distingo" sémantique entre « Nature » et « Environnement »
nous montre à quel point les actuels "Défenseurs de la Nature"
pourraient avoir quelque intérêt à revoir leur positionnement par
rapport à la politique du "tout touristique" que eux paraissent prôner
au travers de certains articles... Publiés par leurs soins sur le Net.

Confère notamment à ce sujet la référence que je partage au bas du
présent article.

DANS LA VISION DU NOMADE, « vivre en Pleine Nature » supplante toute
considération toutistico- voire agro-économique.

Depuis le mois de juillet 2009, je me suis appliqué à détailler ma
Vision d'Homme de la Nature, sur différentes plate-formes, à commencer
par OverBlog, ensuite Wmaker et maintenant CanalBlog.

Je ne puis de ce fait tout ré-écrire ici dans ce présent Article, que
je me dois de faire le plus concis possible, d'autant que rédiger mes
textes depuis un téléphone mobile, fut-il "intelligent", limite
considérablement le nombre de caractères apparaissant simultanément
sur l'écran.

Et puis je travaille en parallèle à l'écriture du meilleur Scénario
qu'il me soit donné « d'imager » dans mon esprit,

Et cela nécessite une énorme concentration, afin de capter heure après
heure les ondes qui traversent ma pensée et qui me paraissent les plus
pures. Les plus conformes au Modèle Primordial....

Que d'aucuns croient devoir appeler "Dieu", mais que d'autres encore
nomment "Grand Esprit"... Et que vous nommez peut-être "Hasard"...

Toujours est-il que si nous ne sommes pas maîtres des idées qui fusent
à "travers nous" depuis je ne sais quelle source - divine ou infernale
- il nous reste selon toute vraisemblance comme un "libre choix" et je
crois pour ma part dans les Vertus de la Nature et de la Solitude -
apparente - dans laquelle elle nous enveloppe avec volupté et
bonheur...

Pour méditer sur le Sens profond que peuvent véhiculer telle ou telle idée.

Et comme ce document photographique en témoigne, cela n'est
certainement pas d'hier que je médite, retiré du monde mondain, dans
la paix des Montagnes et, tout au moins, de ce Jardin prodigieux que
le Créateur nous aura légués,

Afin que nous finissions éventuellement « un Jour » par le respecter
et même le vénérer pour ce qu'il nous donne la Vie.

Mais d'ici à ce Jour, je crois avoir compris qu'il y aura encore -
hélas - beaucoup de malheurs et de catastrophes et c'est ce qui me
pousse à témoigner et témoigner toujours plus encore....

Car plus je vide ma tête des artifices de ce monde mondain, plus je
perçois les Merveilles et je Vous souhaite de les percevoir, Vous
aussi, loin des artifices comme des religions, des initiations, des
dogmes et des maîtres :

VIVRE EN PLEINE NATURE SUFFIT.
Que pourrais-je enseigner de plus simple et de plus élémentaire ???