Cette photographie fut - quasiment à elle seule - à l'origine de mon
engagement vis à vis des Chevaux et de la Nature en général.

Une telle ferveur s'est bel et bien déclarée depuis que j'ai 5 ans...

Cette année-là, pour me donner le goût de la lecture, on m'offrait
notamment le
livret extrait du film "Crin-Blanc".

Les photos d'alors étaient en « noir et blanc ». Mais elles suffirent
amplement, pour qur ce fut alors le déclic instantané ! Une émotion
viscérale... Qui me tombait dessus aussi puissamment que la foudre.

"- Je me pris tour à tour pour Folco, Crin-Blanc l'étalon sauvage ou encore je
ne sais quel vieux taureau ombrageux (animal qui me fascine)"...

En prenant ainsi pied - quoique dans mon imaginaire - dans l'Univers
envoûtant d'une
Camargue encore un peu restée sauvage... Je devenais de ce fait et bien malgré
moi subitement « Nomade ».

Je rappelle ici que Nomade dérive du grec ancien "nemein" = ce qui
signifiait partager. Depuis
la nuit des temps, les Nomades se répartissent, en effet, les territoires de
pâturage hérités de leurs pères.

Le mot "nom" ( du latin nomen) possède la même racine que nomade, voire
encore que monnaie. Le nom comme la monnaie peuvent effectivement se
partager entre plusieurs individus....

Et pour revenir ici à la Camargue qui m'a tant obsédé... Jusqu'à ce que mon
géniteur finisse par me convaincre de devenir berger... Ce delta dessiné par
le Rhône est (était) quant à lui le paradis des manades. La manade est ce train
d'animaux bâtés, que le Nomade emmène en tenant toutes les longes dans une
même main....soit "manual gere".

[ Petit rappel d'étymologie : "Manual gere" en vieil italien a donné le
Manadié en Provence, comme le Ganadero dans la péninsule ibérique. ]