VOICI DÉSORMAIS PLUS DE VINGT ANS que j'ai engagé un bras de fer avec
les instances agricoles.... En ce sens que je prétends élever un
Troupeau de Chèvres nourries exclusivement en pleine Nature.

Je me refuse ainsi de leur administrer à longueur d'année vermifuges,
antibiotiques et autres aliments issus de l'agriculture de synthèse.

L'argile, les huiles de cade et de millepertuis me suffisent amplement
pour soigner mes animaux d'éventuelles infection.

Du reste, leur mode d'existence rend ces dernières plutôt rares.

Depuis environ 5 ans, j'ai par ailleurs compris que le mode de
"repérage" industriel ( = marquage ) qui est IMPOSÉ aux Troupeaux....
Conduit les Animaux à subir, outre une mutilation stressante à chaque
oreille, une possibilité d'infection permanente.

En effet, les oreilles sont percées à vif + la blessure se retrouve
immédiatement comprimée dans une atmosphère anaérobie, celle-là même
qui autorise la prolifération des microbes.

Certes, dans un élevage intensif, où les Animaux sont GAVÉS d'aliments
médicamenteux dès leur plus jeune âge (source : S.N.I.A.) une telle
agression est de moindre conséquence.... Que dans un élevage tel que
je le pratique 365 j./ 365.

J'AI DONC REFUSÉ que les Services de la préfecture viennent
"identifier" mon Troupeau selon leurs méthodes barbares.

Je leur ai proposé en contrepartie de TATOUER mes Chèvres.

Ce qui n'est pas "légal".

Du fait de mon expulsion prononcée d'une façon totalement arbitraire
par un petit tribunal du coin.... MES CHÈVRES DEVRONT DONC ÊTRE «
EUTHANASIÉES » pour employer ici le langage politicien des mafieux
locaux.